Du concept au lancement

L’équipe d’À 2 Pas de la Scène raconte le développement de l’initiative.

Les prémices

Nicolas : C’était en 2001 et j’étais sur un accompagnement DLA dans les Pyrénées. Je conseillais un collectif d’associations culturelles pour Sport Pyrénées Emploi. Ma mission portait sur l’amélioration de leur politique d’adhésion et il fallait prendre en compte qu’il y avait peu de moyens (financiers, humains, etc.). On cherchait des solutions participatives et j’avais proposé que ce soit les habitants de la vallée qui programment des artistes pour l’événement anniversaire prévu.

Nicolas a gardé cette idée en tête, qui a germé à travers son expérience de l’économie collaborative. En 2014, il a considéré qu’il était temps creuser le concept de programmation participative.

Il a rencontré les membres de l’équipe lors de ses expériences sur le Mois de l’ESS,  l’ONG Place to B, et ses expériences de conseil auprès des collectivités. Ils ont tous pu enrichir, l’idée de développer cette plateforme internet. L’objectif était déjà de pouvoir dire : « Proposez et organisez votre propre programmation en choisissant vos artistes, dans une salle près de chez vous ».

Challenger le projet

Nicolas : Le rôle de l’équipe a été de répondre à la question « est-on est bien sûrs que l’outil digital sera utilisé ? ». Il s’agissait  de mettre en place des schémas de communication communautaires, avec peu de moyens financiers.

À partir de 2015, l’équipe a commencé à chercher les réponses aux premiers poblèmes posés :

  • Les gens ont-ils envie de voir plus de spectacles ?
  • Veulent-ils endosser de rôle de programmateur de spectacles ?
  • Les artistes veulent-ils avoir plus d’opportunités pour monter sur scène ?
  • Doit-on avoir une approche globale sur tous les arts vivants ?
  • Quels sont les besoins des scènes ?
  • Le secteur culturel est-il prêt pour une innovation de procédé où l’on fait toute confiance aux spectateurs ?

Lucile: Il était hors de question de créer une entreprise qui ne répondait pas à des besoins réels. Quand on dit « nous croyons aux valeurs de l’Économie Sociale et Solidaire », il n’est pas possible de faire autrement.

A la suite de nombreuses recherches, d’entretiens avec les futurs utilisateurs, le modèle d’entreprise a commencé a se dessiner, le statut juridique a s’adapter.

De nouvelles énergies sont entrées dans le projet.

Nicolas : quand j’ai revu Olivier pour lui proposer de développer l’outil digital, j’ai redécouvert son métier ! C’est un copain de longue date et il a été une vraie force de proposition sur l’innovation qu’on voulait mettre en place. Il apporte au projet des solutions facilitatrices parce que PHX est une entreprise en pointe d’une part et d’autre part, très motivantes parce qu’en phase avec nos valeurs.

Sarah : L’aspect médiation culturelle 3.0 ? c’est ça qui m’intéressait : comment allier outil digital, innovation, algorithmes etc. avec l’aspect « lutte contre les déserts culturels », et « décentraliser les spectacles des grandes villes ». Il s’agit de favoriser l’animation des politiques culturelles, en permettant aux habitants d’être impliqués dans la programmation de spectacles vivants.

C’est naturellement, que cette équipe s’est réunie autour de la création de la société À 2 Pas de la Scène.

Créer l’entreprise

Depuis début 2016, le projet À 2 Pas de la Scène se structure. C’est une entreprise qui voit le jour : travailler sur une formulation précise des idées, poser clairement les objectifs, mobiliser les personnes clefs qui feront avancer les travaux, préciser petit à petit comment fonctionner à l’avenir en terme de moyens humains, matériels et financiers.

Le rapprochement opérationnel avec l’équipe de développeurs web a aussi été un grand pas en avant.

  • Quels besoins a-t-on constatés ? donc, quelles fonctionnalités mettre en place ?
  • Quelles données peuvent être demandées ? donc, quel algorithme créer pour les croiser ?
  • Ces éléments seront)ils dans l’outil digital ? donc, quel langage adopter ? quel design sera le plus intuitif ?
  • La future plateforme se dessine-t’elle ? De quels éclaircissement juridiques et bancaires avons-nous besoin ?

Sarah : En plus du développement de l’outil digital, ce qu’il faut aujourd’hui, c’est que les premiers spectacles se passent bien et que l’outil corresponde aux besoins de la communauté. Qu’on arrive à évoluer vite, mais de manière structurée, en fonction des demandes et des contraintes techniques sur le marché.

Aujourd’hui et demain : lancer la programmation participative

L’équipe : Les gens nous disent que c’est une entreprise prometteuse. Maintenant il faut imaginer, tous ensemble, comment agir.

Avoir des dates qui s’organisent avec une communauté qui s’empare du projet; Mettre en place le maillage territorial de scènes ?  Oui c’est possible ! C’est en cours.

Le challenge est que les spectateurs prennent vraiment en main l’outil. Qu’ils se l’approprient et que ça devienne un outil comme un autre, comme il existe plein d’autres outils collaboratifs. Avec À 2 Pas de la Scène, nous sommes sur un outil collaboratif de partage culturel.

En terme de services complémentaires, nous voulons que cela devienne un vrai outil au service des Territoires, pour arriver à décentraliser la culture via le digital.

Ce sont les clients, les partenaires et la communauté qui vont apporter de nouvelles briques pour rendre le spectacle toujours plus vivant.